La Martinique

     Bienvenue en Martinique.

 

Département français d’outre-mer, la Martinique est un petit bout d’Europe en plein cœur des caraïbes. Son surnom, « l'île aux Fleurs », reflète la diversité de ses paysages.

Située à 7000km de la métropole et 2 900km de l’Amérique du nord, la Martinique est bordée par la mer des Caraïbes à l’ouest et l’océan Atlantique à l’est.

 

D’une superficie de 1080 km2, cette île mesure 80 km dans sa plus grande longueur et 39 km dans sa plus grande largeur. Attention au décalage horaire qui est de 5h en hiver et 6h en été.

 

Sa population s’élève à environ 415 000 habitants et est la plus métissée des îles des petites Antilles.

Les plus proches voisines de la Martinique sont la Dominique (25 km au nord), la Guadeloupe (120 km au nord) et Sainte Lucie (37 km au sud).

 

Elle se divise en 2 « régions », le sud et le nord.

Au sud les paysages sont plus arides et constitués de mornes qui peuvent atteindre jusqu’à 505m d’altitude (montagne du Vauclin). Tout au long de la côte, se trouvent de petites baies appelées « anses », les plages y sont superbes avec une eau limpide et un sable blanc.

                       ....................................................

 

French overseas Department, Martinique is a little bit of Europe in the heart of the Caribbean. His nickname, "the island of flowers", reflects the diversity of its landscapes.

Located at 7000km of the metropolis and 2 900 km of the North America, Martinique is bordered by the Caribbean Sea to the West and the Atlantic ocean East.

With an area of 1080 km2, this island is 80 km in its greater length and 39 km in its greater width. Attention to the Jet lag which is 5 hours in winter and 6 h in summer.

Its population amounts to about 415 000 inhabitants and is the most mixed of the islands of the Lesser Antilles.

The nearest neighbours of Martinique are Dominica (25 km to the North), Guadeloupe (120 km to the North) and St. Lucia (37 km to the South).It divides into 2 'regions', the South and the North.

To the South the landscapes are more arid and made up of hills which can reach up to 505 m altitude (the Vauclin mountain). Along the coast, are small berries called "handles", the beaches are superb with crystal clear water and white sand.

 

BWADJAK SHOW carnaval 2018

 A l’origine le bwadjak est un tacot remis en état avec le tuyau d’échappement modifié occasionnant un bruit infernal quand il est en marche : Braaaaaa…djaaaaa…kKKK. Le terme Bradjak traduit aussi le bruit d’un moteur chancelant : bra…a…a…djak !! qu’on essaie de faire démarrer.
Super bruyant donc, ces tacots se sont parés aux fils des ans des couleurs les plus vives, des graffitis les plus ouf et sont devenus des œuvres d’art en mouvement, des murs qui bougent pour tous les grapheurs de l’île..
Longtemps liés aux mauvais garçons, aux dessins salaces et au bruit assourdissant le BWADJAK fait aujourd’hui partie intégrante du carnaval, les voitures sont assurés et contrôle technique et leurs propriétaires affichent leurs opinions politiques ou leurs personnages favoris..

  Le carnaval de la Martinique est né de la rencontre des cultures européennes et africaines durant la colonisation Il a connu son heure de gloire à la fin du XIX siècle. En 1902, l'éruption de la montagne Pelée détruisit la ville de Saint-Pierre. 30 000 habitants périrent, mais la tradition du carnaval se perpétua à Fort de France. Les festivités du « mercredi des cendres », typiquement martiniquaises, se retrouvent aussi en Guadeloupe et en Guyane. 

Saint-Pierre

La catastrophe de 1902

Début avril 1902, des fumerolles apparaissent au sommet de la Montagne Pelée, suivies d’une pluie de cendres et des grondements souterrains le 23 avril et d’un grand nuage de roches et de cendres qui s’échappe du sommet le 25 avril. Le 27 avril, jour du premier tour de l’élection législative, une forte odeur de souffre envahit Saint-Pierre. Le 2 mai, la montagne produit de fortes détonations, des tremblements de terre, et un panache noir de fumée s’élève qui masque le soleil.

 

Bien que les événements soient inquiétants, l’administration souhaite que le second tour de l’élection législative se déroule normalement et les personnalités de la ville se partagent alors en partisans et adversaires de l’évacuation de la ville selon leurs opinions politiques. Les chutes de cendres s’intensifient le 4 mai et les routes vers le nord sont coupées à cause des ravines en crue, ce qui créé un début d’affolement de la population et les premiers départs.

 

Le 5 mai, les rues de Saint-Pierre sont envahies de serpents fer-de-lance chassés des hauteurs par les cendres brûlantes et dont la morsure mortelle tue 50 personnes et plus de 200 animaux, alors qu’à l’embouchure de la rivière Blanche, l’usine sucrière Guérin est envahie pour les mêmes raisons par des myriades de fourmis et de scolopendres venimeux, avant d’être ensevelie sous plus de 6 m de boue brûlante, faisant 25 victimes.

 

Au même moment, la mer se retire de 100 m et provoque un tsunami qui envahit le bas de Saint-Pierre. Des dizaines d’habitants ont déjà quitté Saint-Pierre et certaines voix recommandent une évacuation totale de la ville, mais en raison de la proximité du second tour des élections législatives partielles du dimanche 11 mai qu’il est trop compliqué de reporter, aucune mesure d’évacuation n’est mise en place par les autorités et les notables, tels le maire Rodolphe Fouché, le gouverneur Mouttet, le directeur du principal journal Les Colonies Marius Hurard ou le gros usinier Eugène Guérin qui minimisent le danger.

Le jeudi 8 mai, jour de l’Ascension, à 7 h 52, une nuée ardente dévale le volcan vers Saint-Pierre à la vitesse de 670 km/h. Cette masse gazeuse et solide de plus de 1 000° C rase en quelques minutes toute la ville en tuant 26 000 personnes et en détruisant 40 navires dans la rade.

 

Un prisonnier, Cyparis, protégé par les murs épais de sa cellule, put survivre à la catastrophe. Le cordonnier Léon Compère-Léandre aurait également survécu, protégé, lui aussi, par des murs épais. Une seconde éruption, plus violente que la première, a lieu le 20 mai et finit de dévaster la ville.

 

Histoire étonnante, le Belem, arrivant de France le 7 mai au soir, trouva son coffre occupé par un autre bateau et dut mouiller dans une autre baie de l’Ile, ce qui sauvera le navire et l’équipage. En 2002, le Belem est revenu sur place pour commémorer le centenaire de l’éruption.

source :http://www.saintpierre-mq.fr/Histoire-de-Saint-Pierre

 

 

Au nord, le relief est plus montagneux et la végétation très luxuriante. Dominée par la montagne pelée (point culminant de l’ile 1397m d’altitude), les Pitons du Carbet et le Morne Jacob, cette partie de l'île offre des plages de sable volcanique. Si vous entrez dans les terres, n’hésitez pas à prendre la route de la Trace qui vous plongera au cœur de la forêt tropicale. C’est au nord qu’on cultive la banane et l’ananas.

Du coté Atlantique peu de plages sont accessibles car la côte est très escarpée et comme déchiquetée par l’océan.

 

                    ..........................................................

 

 To the North, the terrain is more mountainous and very lush vegetation. Dominated by the peeled mountain (highest point of the island 1397 m altitude), the Pitons of the Carbet and the Morne Jacob, this part of the island offers beaches of volcanic sand. If you enter the land, feel free to take the road to the track that will immerse you in the heart of the rainforest. It is in the North that we cultivate the banana and pineapple.

The Atlantic beaches are accessible because the coast is very steep and jagged as by the ocean.

 

HISTOIRE

Les dates marquantes de l’histoire de la Martinique

Du coté Atlantique peu de plages sont accessibles car la côte est très escarpée et comme déchiquetée par l’océan.

De type tropical chaud et humide, la Martinique se caractérise par une température moyenne de 26° annuel.

On distingue 2 saisons : la carême et l’hivernage.

Le carême chaud et sec s’étend de décembre à mai avec une période de grande sécheresse de février à avril où l’ensoleillement est maximal. La température en cette saison varie entre 27° et 34°.

L’hivernage, plus humide dure de juin à novembre et se caractérise par un risque cyclonique important (voir rubrique infos pratiques).

Le relief joue aussi un rôle déterminant et conditionne le régime pluviométrique : les régions montagneuses du nord, plus pluvieuses, ont un climat plus frais que celui de la côte.

Le soleil est présent toute l’année et l'île est bercée par les alizés venus de l’est et du N/E. La Martinique bénéficie donc d’un climat relativement doux et la chaleur n’y est jamais excessive.

 

                                        .................................................................................................................

 

 The Atlantic beaches are accessible because the coast is very steep and jagged as by the ocean.

Hot and humid tropical type, Martinique is characterized by an average temperature of 26 ° annual.

There are 2 seasons: the lent and the rainy season.

Hot and dry lent extends from December to may with a period of drought from February to April, where the sunshine is maximum. The temperature in this season varies between 27 and 34 degrees.

Winter, wetter lasts from June to November and is characterized by a hurricane risk important (see practical information).

The terrain also plays a decisive role and determines the rainfall: the mountainous regions of the North, wettest, have a climate that is cooler than the coast.

The Sun is present throughout the year, and the island is rocked by the trade winds from the East and the N/E. Martinique has a climate relatively mild and the heat is never excessive.

Source :http://www.choubouloute.fr/Presentation-de-la-Martinique.html

 

Septembre 1635 : Pierre Belain d’Esnambuc débarque au Carbet et entreprend la colonisation de l'île

1636 : les premiers esclaves arrivent en Martinique pour travailler dans les champs de canne.

1658 : disparition des derniers indiens Caraïbe.

1848 : Abolition de l’esclavage. Les colons font appellent à la main d’œuvre en provenance de l’Inde.

8 Mai 1902 : Eruption de la Montagne Pelée et destruction totale de la ville de Saint-Pierre.

19 Mars 1946 : La Martinique devient département français.

1982 : Avec la loi de décentralisation, la Martinique devient une région. De nos jours, la Martinique est à la fois une région et un département.